Français

Mayres

Mayres

Au détour de la route du Procureur, le bourg de Mayres (803 m d’altitude) apparaît niché dans la verdure. Il domine la vallée d’Arlanc, et offre une vue imprenable sur les monts du Forez. Située aux portes de la Haute-Loire, la Commune de Mayres regroupe 16 villages, dont l’altitude varie entre 643 et 874 mètres. Deux rivières traversent son territoire, la Dore et la Dolore, actrices vitales des siècles passés (implantation de nombreux moulins). Regardée plutôt comme montagnarde par rapport aux autres Communes de la plaine d’Arlanc, elle profite de sa proximité du chef-lieu de canton pour maintenir sa population qui travaille dans les différentes usines. Les agriculteurs qui vivent uniquement de leur ferme se comptent sur les doigts d’une main. Mais on dénombre encore quelques pluriactifs (ouvriers/paysans). Depuis quelques années, la municipalité s’emploie à améliorer le cadre de vie des Mayrois et de leurs visiteurs, notamment par l’aménagement du bourg et de la place, offrant ainsi un cadre idéal à ses marchés fermiers estivaux.

Sommaire :

Histoire

C’est vers 1043, que des moines de la Chaise Dieu (10 km) découvrent le « désert » de Mayres. Ils défrichent et s’y installent en implantant des cellules rustiques, lieux de silence et de prière, pendant plusieurs siècles.
Quant au plus ancien monument de la Commune, il semble bien que ce soit l’église paroissiale Saint Martin. Cet édifice gothique du XVème siècle reste une particularité pour une région où l’art roman prédomine.

Mayres

Si l’on aborde une période plus récente, il est nécessaire de s’arrêter sur la démographie des deux siècles passés. Mayres comptait 1 038 habitants en 1836, 673 en 1901 et encore 334 en 1954. On imagine aisément que la vie devait être rude. Aussi l’émigration temporaire, de l’automne au printemps, avait-elle court à Mayres comme dans la plupart des villages voisins. Au milieu du 19ème siècle, 120 Mayrois quittaient le Livradois pour s’en aller terrassiers, scieurs de long, ou peigneurs de chanvre. Mais c’est la première guerre mondiale, et ensuite le chemin de fer, qui ont divisé la population de Mayres par trois.

Mayres

Patrimoine local

Le site de la chapelle Notre Dame de la Roche est l’un des plus visités de la région. Au XIVème siècle, un moine en retraite a vu la Sainte Vierge, d’où la naissance du pèlerinage du 8 septembre, encore très fervent de nos jours. La première chapelle fut détruite à la Révolution, celle actuelle date de 1864. Indépendamment de l’attrait religieux que peut susciter ce lieu chargé d’Histoire, c’est un site exceptionnel.

Mayres

Dans cette cathédrale de verdure, on ne peut qu’admirer l’Alliance de la Nature (gorges de la Dore, lumière magique suivant les heures) et de la main de l’Homme (Voie Ferrée et Viaduc d’une longueur de 115 m et de 15 m de hauteur, avec sept arches de 8 m et une arche de 14 m). Le Train Touristique s’y arrête d’ailleurs chaque jour durant la saison estivale.

Mayres

Au XIXème siècle, 19 moulins rien que pour la commune de Mayres extrayaient l’huile, la farine, ou foulaient le chanvre. Il ne reste malheureusement plus grand-chose de cette activité florissante, quelques pierres ou meules, dont on voit traces dans les ruines du village aujourd’hui disparu de Gardaillat (derniers habitant vers 1950).

Au bout d’une belle ballade, qui passe par le pont de Var dans les gorges de la Dore, ce village mérite un détour (départ du Procureur). Ce n’est pas sans émotion, en regardant les pans de murs encore imposants par leur hauteur, que l’on pense aux 60 personnes qui vivaient ici en 1870, de l’activité des moulins, mais aussi de champs, de prairies, de fruits et vergers (on trouve encore ça et là des murets dans les côtes). Gardaillat était aussi réputé pour ses fabricants de fuseaux de dentellières.

Enfin, certains villages, tels que Cubelles, Féroussac, plus à l’écart, conservent aussi leur caractère (vieilles pierres, encadrement des fenêtres en bois, réemploi de pierre sculptée). Ceux plus près des grands axes ne manquent pas de cachet aussi : Rouayres (chapelle), Coupat (lavoir), le Montel (oratoire) etc…

Mayres

Economie locale

Quelques artisans développent leur activité sur la Commune, notamment :

Activités et hébergements touristiques

Activités touristiques

La Commune comportent plusieurs chemins de randonnées permettant de découvrir le patrimoine local et des points de vue uniques sur la vallée de la Dore.

Une activité estivale voit également le jour avec la naissance en 2002 des « Marchés Fermiers de Pays » où les samedis de Juillet et d’Août, chacun peut acheter des produits locaux et profiter des manifestations offertes entre 18 et 20h.

Hébergements touristiques

Plusieurs hébergements sont proposés aux touristes.
La Communauté des Communes possède un gîte de France situé dans l’ancienne école de « Cubelles ».
Quelques gîtes privés offrent également un hébergement dans différents villages (Cubelles, Rouayres, Chavagnat...)

Vie associative

Mayres relance depuis plusieurs années ses activités notamment en créant le « Club des sapins » où les 2ème jeudis de chaque mois, nos aînés se regroupent à la Mairie pour partager un après midi dans la bonne humeur (jeux, goûter, visite à la Maison de retraite d’Arlanc, repas, voyage...).

D’autre part, la Commune de Mayres regroupe 4 associations :

Services

2 assistantes maternelles sont présentes sur la Commune de Mayres :

Chiffres clés

- Population : 189 habitants
- Superficie : 1 149 hectares
- Altitude : 805 m

La mairie

Le Conseil Municipal

Maire : Patrick GRANGIER

1er adjoint : Odile PUMAIN
2ème adjoint : Stéphane BONNET
3ème adjoint : Robert MARTIN

Conseillers municipaux : Robert CHAPELLE, Xavier CLEMENCE, Alain GRANGIER, François MAGAUD, Marie-Paule MOREL, Alexia PORTAIL, Marie-Jo REGNIEZ

Horaires d’ouverture

Lundi : 9H-12H
Jeudi : 14H-17H

Coordonnées

Mairie de MAYRES
Le Bourg – 63220 MAYRES
Téléphone : 04 73 72 43 57
Fax : 04 73 72 42 61
Email : mayres.mairie@wanadoo.fr Site Internet : www.mayres63.fr